Corona en Israël: les vaccinés plus vulnérables

Selon une étude réalisée par l'Université de Tel Aviv et la plus grande compagnie d'assurance maladie d'Israël, Clalit Health Services, les personnes vaccinées avaient huit fois plus de risques d'être infectées par la variante sud-africaine que les personnes non vaccinées. L'étude est "très importante", a expliqué Ran Balicer, directeur de recherche de Clalit Health Services, car c'est la première basée sur des données du monde réel. Des recherches supplémentaires sont nécessaires car l'étude n'est pas représentative.

Le fait que les personnes vaccinées soient plus souvent infectées que les personnes non vaccinées est considéré comme inquiétant, car cela pourrait être une indication du phénomène du "péché originel des antigènes". Ce terme fait référence à une théorie selon laquelle le système immunitaire, s'il était déjà infecté par un virus avant la vaccination, n'agit après la vaccination que contre les agents pathogènes qu'il connaît de l'infection d'origine.

Dans le magazine scientifique britannique The Conversation, l'immunologiste américain Matthew Woodruff, de l'université Emory à Atlanta, parle de ce problème. Il craint que les mises à jour des vaccins adaptées aux nouvelles souches de virus ne soient moins efficaces chez les personnes ayant déjà reçu une vaccination avec les premiers vaccins.

Dans ce cas, la mémoire immunitaire pourrait interférer avec le développement d'une bonne réponse immunitaire. Que cette théorie soit confirmée ou non, des cas de corona sont survenus dans le monde entier après des vaccinations. Pendant ce temps, l'Institut Robert Koch garde sous silence une étude sur le risque de transmission par des personnes entièrement vaccinées.

Plusieurs questions des journalistes sur les raisons n'ont pas reçu de réponse.


4 views0 comments

Recent Posts

See All